"A l'aube, j'ai rencontré mon voisin Oreste"

RV. sur le Blog pour suivre les actualités et l'évolution du projet.

Edition Les Cygnes, juin 2013 et  2014.

L'écriture de ce drame mêle trivialité, humour et poésie. Peut-être à cause du travail sur la poésie que l'auteure a mené parallèlement, dans le recueil paru en mars 2013 et illustré par Anne Lantheaume (Chèvrefeuille étoilée).

 

À quoi bon une version contemporaine du mythe des Atrides ? Pourquoi encore un Oreste ? C’est que l’incroyable plasticité des mythes en fait un vivier inépuisable pour l’imaginaire, et un outil de réflexion universel. Ils peuvent se renouveler à l’infini.

Surprise : avec cette histoire de rois, on est presque dans le quotidien : Mon voisin Oreste, c’est un jeune homme qui fait des études, des stages à l’étranger, et qui, en rentrant, découvre la vérité sur sa famille et la nécessité d’affronter la réalité, même s’il n’en a nulle envie… Sa sœur Électre part en camp de voiles ; Tyndare et Léda, les grands-parents, rarement représentés au théâtre, ont ici une place importante, mais pas de cygne pour séduire Léda, et pour cause : Tyndare et elle sont juste ici un couple âgé qui vit douloureusement sa déchéance. On est dans la sphère familiale qui n’est pas, comme chacun sait, « un long fleuve tranquille ». Mais aussi au cœur de conflits économiques et politiques. Agamemnon, un capitaine d’industrie, l’un des rois de notre monde, est à la tête d’une flotte aérienne. Égisthe va lui succéder en faisant prospérer l’entreprise, grâce à la finance et sans aucun état d’âme… Si la pièce parle des victimes des guerres, on pense au sacrifice antique d’Iphigénie dont la mort, dans cette version, a des effets sur plusieurs générations. Mais elle n’est pas la seule victime. En un sens, chaque personnage en est une et cherche à se défendre.

Les héros auraient pu porter des noms modernes mais, avec l’ombre projetée de l’Antiquité, le spectateur est introduit par un biais plus poétique dans ce questionnement sur l’homme d’aujourd’hui, influencé par Henri Michaux peut-être : d'atomes qui

[…]J’ai vu l'homme comme un bon bimoteur de combat répandant la terreur et les maux atroces.

Il avait, quand je le connus, à peu près cent mille ans et faisait aisément le tour de la Terre. Il n'avait pas encore appris à être bon voisin […]

Toutefois, excellent en réflexes et en somme presque innocent : l'un allume une cigarette, l'autre allume un pétrolier. (Ecce Homo)

La mise en scène de Nicole Desjardins incarne cette poésie, avec une version très chorégraphique du mythe. Les voiles, les mouvements des corps, la voix des comédiensi sculptent les mots… Les lumières réglées par André Diotii sont une chance fabuleuse pour le texte.

Mais la poésie n’est ici qu’une voie pour rencontrer notre actualité. On y entre aussi par l’humour : situations ubuesques, jeux de mots se mêlent au drame. Pas question de s’ennuyer !

 

"À l’aube, j’ai rencontré mon voisin Oreste" avait déjà été sélectionné par Marie-Josée Brakha, qui en avait fait une lecture au théâtre Darius Milhaud, à Paris. Il avait été également lu au Kibélé, à Paris et à l’Espace Alya, à Avignon.

             

L'auteur, Nicole Buresi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après des études de lettres et des années d'enseignement où dominait le souci de faire découvrir le théâtre à un public peu familier de cet art, elle s'est mise à écrire.

 

D'abord "Pierres de scène" (Les Cygnes,2010), un hommage au théâtre où s'estompent les frontières entre la scène et la vie, une comédie sur la réception des œuvres et leur capacité à transformer le réel et le spectateur.

 

Puis, "Trois femmes dans l'escalier" (Les Cygnes, 2011) où l'amitié entre trois femmes leur permet de se dire et d'évoluer.

"Trois femmes dans l’escalier" a fait l’objet de plusieurs lectures théâtralisées : à la Médiathèque de Narbonne par le Théâtre des Quatre Saisons dirigé par Guy-Michel Carbou, au Kibélé, à Paris, au théâtre Pierre Tabard, à Montpellier etc… 

 

Elle écrit et publie également des nouvelles (Revue Étoiles d'encre). 

 

"Vivante" recueil de poèmes paru en mai 2013.

A l'aube, j'ai rencontré mon voisin Oreste

 

Distribution

par ordre d'entrée en scène :

 

ORESTE : Alexis Ménard

ELECTRE : Pauline Choplin ou Julia Clavel

TYNDARE : Dominique Darcel

LEDA : Iris Chauvaud de Rochefort

CLYTEMNESTRE : Géraldine Lenoir ou Nicole Desjardins

EGISTHE : Dominique Darcel


 

Mise en scène : Nicole Desjardins

 

 

du 11 au 14 mars 2015

 

ART STUDIO THéâTRE

120 bis, rue Haxo

75019 PARIS

 

 

 

 

 

 

du 19 au 23 mars 2015

 

CARRE RONDELET

14, rue de Belfort

34 000 Montpellier

 

 

 

Distribution

(par ordre d’apparition sur scène) 

 

 

  • ORESTE :     Alexis Ménard

  • ELECTRE :   Pauline Choplin

  • TYNDARE :  Dominique Darcel

  • CLYTEMNESTRE : Géraldine Lenoir

  • LEDA :    Iris Chauvaud de Rochefort

  • MARIA :  Nicole Desjardins (sous réserve)

  • EGISTHE : Dominique Darcel

Mise en scène : Nicole Desjardins

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now